Traitements psychanalytiques : amélioration significative et stable du bien-être individuel, conjugal, familial et social des patients et analysants. (Marianne Leuzinger et coll., 2001)

PRÉSENTATION SCHÉMATIQUE DES RÉSULTATS DE LA RECHERCHE DE M. LEUZINGER-BOHLEBER, U. STUHR, B. RÜGER ET M. BEUTEL SUR LA QUALITÉ DES TRAITEMENTS PSYCHANALYTIQUES ET SUR LEURS EFFETS A LONG TERME (1)

Il s’agit d’une recherche réalisée par interviews et questionnaires d’ex-patients et analysants, immédiatement après leur cure (n=401) et 6 ans et demi plus tard (n=282). Les analystes de ces patients furent aussi interviewés. Participèrent à cette recherche des analystes et des chercheurs en psychothérapie non-analystes.

  1. 77 % des patients ont rétrospectivement qualifié leur état de « mauvais », avant leur thérapie ou psychanalyse, et 84% leur état de « bon » suite à celle-ci.Environ 13% dirent leur état moyen et quelques 3% le dire mauvais.
  2. De très nombreux anciens patients ont mentionné des changements positifs concernant leur sentiment de bien-être (84%) leur croissance intérieure (85%) et leur vie relationnelle (79%).
  3. Entre 70 et 80% ont indiqué des changements positifs concernant la capacité de se confronter aux événements de la vie, l’estime de soi, l’humeur, ainsi que la satisfaction de leur propre vie et leur efficacité

Soit dit en passant, l’avis des analystes était plus critique que celui de leurs anciens patients… Comme quoi, il est contraire à la vérité de penser que les analystes surestiment les effets de leur travail.

Les points suivants indiquent, non seulement un bénéfice pour la personne, mais aussi des gains financiers indirects importants pour la société et la vie familiale.

  1. Une décroissance significative du nombre de jours chômés et de jours d’hospitalisation.
  2. Un accroissement de la créativité et de l’efficacité professionnelle.
  3. Un passage significatif du chômage à l’emploi. 4° Un accroissement des réactions empathiques vis-à-vis de ses propres enfants et une amélioration de leur vie de couple. 5° Un accroissement de la capacité à surmonter l’isolement social. 6° Une amélioration significative des personnes très perturbées.

Conclusion

Si la psychanalyse et les psychothérapies analytiques ne visent pas, pour des raisons méthodologiques, la guérison à courte vue, l’éradication rapide du symptôme et l’adaptation sociale à tout prix, on constate ici que une amélioration significative et stable du bien-être individuel, conjugal, familial et social des patients et analysants, même gravement perturbés.

(1) How to study the ‘quality of psychoanalytic treatments’ and their long-term effects on patients’ well-being : A representative, multi-perspective follow-up study. Int. J. Psychoanal.2003; 84: 269-290.
 

Résumé écrit et fourni par le Professeur Emérite Patrick De Neuter (UCL)

Laurent Duvivier, le 06 août 2011

>>> Un site Internet qui axe sa transmission d’informations autour de l’évaluation des techniques psychothérapiques.