Laurent Duvivier

 

Je reçois des personnes en individuel qui ne sont pas spécifiquement malades, ou qui peuvent présenter des symptômes psychopathologiques.*

Et, je reçois aussi des couples en souffrance qui sont en situation de crise, ou en rupture.


Le premier contact sert à analyser la demande et me permet d’évaluer l’opportunité de mener un travail psychothérapeutique.  Si tel est le cas, un cadre est convenu avec le(s) patient(s) et dans le cas contraire, je propose quelques pistes de réorientation vers d’autres acteurs de la santé mentale (psychiatre, psychologue, etc.), et/ou institution(s).

Mon approche psychothérapeutique vise principalement à mettre en place et à soutenir un cadre favorisant une parole libre. Le dispositif est principalement celui du face-à-face avec une présence plus soutenue et active (nécessaire dans certains cas) ou peut s’engager dans une cure psychanalytique, avec ou sans le « divan ».  Au fil de ce travail d’élaboration – entre récit, remémoration, résistance, transfert, création ou re-création, etc. –  les symptômes qui avaient amené à consulter se dissipent progressivement et durablement. De plus en plus de recherches scientifiques émergentes le confirment : cette élaboration entre autres facteurs participant à la psychothérapie produit des effets thérapeutiques (mieux-être, meilleure qualité de vie, trouver sa place, affirmation de soi, retour au travail, etc.).

Ma pratique clinique se soutient de repères freudiens, lacaniens et autres plus contemporains. Elle se nourrit continuellement de lectures et échanges avec d’autres praticiens. Par ailleurs, elle s’articule autour d’une expérience de près de 15 ans de prise en charge (ambulatoire) auprès d’une population tout-venant et pouvant relevé des champs psychiatrique, judiciaire et/ou social.


* Il peut s’agir, à l’état isolé ou composé, de symptômes psychopathologiques de type névrotique, psychotique, état-limite (borderline), ou autres tels que (poly)toxicomanie, alcoolisme, troubles alimentaires (anorexie et/ou boulimie), deuil pathologique, dépression, tentative(s) de suicide, troubles bi-polaires, sur-ménage (burn out), difficultés relationnelles, traumatismes psychiques, troubles dissociatifs, etc.